Vous ne faites pas toujours mieux ce que vous faites vous-même

Écrit par Dieter Haerens | 5 minutes
LUN. 14-10-2019

C’était une idée de notre Country Manager, il y a un peu plus d’un an : « Pourquoi ne pas mettre nos clients au défi de prouver leurs compétences dans le cadre d’un concours ? » Oui, pourquoi pas ? « Nous suivons pendant une année les performances de leurs portefeuilles Négocier et nous les comparons à celles des portefeuilles “Gestion d’actifs” que nous gérons pour eux. Et – car il faut ajouter un peu de piment – s’ils obtiennent de meilleurs résultats avec leur propre portefeuille, nous leur versons 2% du capital (supplémentaire) dont ils nous avaient confié la gestion au début du concours. En cash, sur leur compte. »

image011

Source: La Libre Belgique, 12/10/2019

Non, nous ne considérons pas l’investissement comme un jeu. Mais existe-t-il une façon plus amusante d’expliquer la plus-value de la combinaison de Négocier et de Gestion d’actifs ?

Honnêtement, nous ne pensions pas que l’écart serait aussi net. À l’avantage de Gestion d’actifs. Environ 85% des investisseurs ont obtenu un meilleur résultat avec leur portefeuille géré qu’avec leur propre portefeuille. Et l’écart n’est pas négligeable : le différentiel de rendement moyen entre Gestion d’actifs et Négocier sur l’ensemble des participants dépasse les 10% (!) sur un an. Le différentiel de rendement, pas le rendement absolu ! La presse a d’ailleurs abondamment relayé l’information.

Voulons-nous ainsi propager le message qu’il faut arrêter de gérer soi-même ses investissements ? En aucun cas. La période est courte, l’échantillon (environ 80 investisseurs) est réduit et les conditions de marché spécifiques interviennent toujours. De plus, la composition unique de Gestion d’actifs et de Négocier, l’appétence pour le risque et le degré de concentration des investissements ont évidemment influencé les résultats.


Mais on aurait également tort de balayer ces résultats d’un revers de main. Au contraire, tirons-en quelques enseignements.

  1. Une approche de l’investissement qui élimine les émotions du processus donne des résultats. L’homme est doué d’émotions. Et il lui arrive de se tromper dans ses décisions. Nous estimons dès lors qu’une approche disciplinée, bien diversifiée – avec une attention particulière pour la préservation du capital – doit constituer le cœur de chaque portefeuille. Et comment éliminer plus simplement les émotions du processus qu’en confiant la gestion de ses économies à un tiers et en laissant une technologie intelligente prendre en charge l’aspect discipline ?
  2. Gérer ses investissements, c’est fun. Et quand on investit dans des secteurs, régions et entreprises que l’on connaît bien, ce peut également être une activité lucrative. Mais nous sommes convaincus du fait que de très nombreux investisseurs ont intérêt à ne le faire que pour leurs investissements « satellites », pas le cœur de leur portefeuille.
  3. Acheter et vendre en Bourse coûte cher. Même si les frais de transaction sont très équitables chez BinckBank : ceux qui multiplient les transactions perdent souvent de vue les frais et taxes (ne les oubliez pas !). Savez-vous d’ailleurs que de nombreux investisseurs paient plus de taxes que de frais de transaction facturés par leur courtier quand ils gèrent leurs investissements ? La Gestion d’actifs s’accompagne également de frais, mais ceux-ci sont moins tributaires de circonstances extrêmes.
  4. Concentrer un portefeuille sur quelques actions peut rapporter beaucoup. Mais aussi coûter très cher. Un nombre relativement important de participants au test ont pu s’en rendre compte. Le fait d’investir dans un nombre limité d’actions – ne pas diversifier ses investissements, donc – a porté chance à certains d’entre eux. Mais la plupart de ceux qui ont adopté cette approche doivent s’en mordre les doigts. En Bourse, il ne faut pas trop compter sur la chance. Et surtout faire preuve de bon sens. Diversifiez !
  5. Une combinaison de croissance et de préservation du capital consolide le rendement du portefeuille. Notre approche de Gestion d’actifs intègre un système automatisé de surveillance de capital. Celui-ci s’avère efficace. Surtout au cours des périodes moins favorables. Ce système aussi a donné une longueur d’avance au portefeuille de Gestion d’actifs par rapport aux portefeuilles Négocier.
il y a également du neuf : nous relevons à nouveau le défi. et cette fois, offrons 3% capital (ré)investi sur un compte gestion d’actifs.
Nous lançons le défi de nouveau cette année. N'hésitez pas à vous inscrire. Vous découvrirez toutes les modalités de l’action ici.

Bonne chance dans vos investissements !




Information importante

Quand cet article renvoie à des résultats obtenus par le passé, tenez compte du fait que ces résultats ne constituent pas un indicateur fiable de résultats futurs. Tout investissement comporte des risques. On considère généralement qu’un investissement présentant un rendement attendu plus élevé est également plus risqué. Le produit Gestion d’actifs n’offre aucune garantie de capital. BinckBank souligne que le service Gestion d’actifs est destiné aux investisseurs dont l’horizon d’investissement dépasse la durée de l’action et atteint au moins trois à cinq ans. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle du client et peut évoluer à l’avenir.

Auteur

Dieter Haerens

Dieter Haerens est responsable de la branche Gestion d'actifs chez BinckBank Belgique. Passionné par tous les secteurs de l'univers financier, les technologies et la customer centricity, il partage à l'occasion son opinion sur ces sujets.

DES QUESTIONS ?

Posez-les à notre service clients, ouvert 6/7.

Ces articles pourraient vous intéresser…