Croissance et préservation du capital: le grand écart?

5 minutes

De nombreux investisseurs espèrent concilier le meilleur de deux mondes: préserver leur capital et leurs gains tout en faisant fructifier leur portefeuille. Ce grand écart est-il seulement possible?

Les investisseurs présentent un profil de risque asymétrique. D’un côté, ils espèrent un rendement élevé; de l’autre, la moindre perte leur fait horreur. “Pour les investisseurs, il est plus facile d’empocher des bénéfices que d’accepter des pertes, mais pas selon le même rapport”, indique Jan Longeval, professeur adjoint de gestion d’actifs à la Vlerick Business School. “Les psychologues Amos Tversky et Daniel Kahneman ont découvert que leur aversion aux pertes est 2,3 fois plus élevée que le plaisir que leur procure un gain.”

“Dans la pratique, de nombreux investisseurs détestent la volatilité. Les hauts et les bas des Bourses à court terme les rendent nerveux. De ce fait, ils se concentreront sur le court terme et réagiront négativement aux pertes récentes. Et ce, aux dépens des avantages à long terme de l’investissement. Beaucoup négligent ainsi le long terme et la situation globale, et optent pour des investissements très défensifs. Résultat: le rendement potentiel plus élevé à long terme que présentent les actifs plus risqués ou plus volatils disparaît.”

Trouver le juste équilibre n’a rien d’évident. “On observe souvent un écart considérable entre ce qui constitue objectivement le portefeuille optimal pour l’investisseur et le portefeuille réel qui reflète son aversion au risque personnelle”, souligne Jan Longeval. “De nombreuses personnes investissent de manière très défensive de l’argent dont elles peuvent se passer pendant 20 ans ou plus. Objectivement, selon leur appétit pour le risque, il est préférable qu’elles investissent davantage en actions et moins – voire pas du tout – en obligations publiques qui ne compensent même pas l’inflation.”’

Le gestionnaire de portefeuilles Natixis a mené cette année une enquête auprès de 9.100 investisseurs. Pour 60% d’entre eux, la volatilité entrave la réalisation de leurs objectifs financiers. Et 56% sont prêts à payer une prime pour se protéger de cette volatilité. “Si l’on jouit des possibilités financières et de l’horizon nécessaires pour investir de manière plus dynamique, mais que l’on craint la volatilité et le risque de baisse, la solution est simple. Tout d’abord, il faut accepter le fait que la volatilité à court terme n’est pas agréable mais qu’elle est compensée à long terme par un rendement potentiellement plus élevé. Ensuite, il convient d’intégrer certaines formes de surveillance du capital dans son portefeuille.”

Qu’est-ce que la surveillance du capital?

“La première étape consiste à diversifier suffisamment votre portefeuille”, définit Jan Longeval. “Le risque total d’un portefeuille diversifié est inférieur à la somme des risques des titres individuels. La deuxième étape est la surveillance du capital proprement dite. Son effet sur votre rendement peut varier selon le type de surveillance du capital et le parcours de la Bourse. Si celle-ci suit des tendances à long terme, le coût d’opportunité de la surveillance du capital sera plutôt réduit. Si la Bourse évolue en dents de scie – avec des hauts et des bas, mais en conservant une certaine stabilité générale – la surveillance du capital coûtera nettement plus cher. En résumé, la surveillance du capital contribue à limiter les risques de baisse tout en exploitant au maximum le potentiel haussier. Vous pouvez ainsi combiner préservation du capital et croissance. Certes, celle-ci a un prix. Mais c’est celui de la qualité de votre sommeil.”



Information importante

Le contenu de cet article provient de tiers et ne doit pas être considéré comme un conseil d’investissement individuel ou une recommandation personnelle de la part de BinckBank. Tout investissement comporte des risques. On estime généralement qu’un investissement présentant un rendement attendu plus élevé s’accompagne d’un risque accru.

Partagez cet article:

Ces articles pourraient vous intéresser…