Restez loin de l'effet de disposition

Maîtrisez vos émotions en bourse

Au début du mois d’octobre 2017, l’économiste Richard Thaler était récompensé par le prestigieux prix Nobel d’économie. Pas pour une découverte mathématique, mais pour son analyse approfondie de la psychologie sous-jacente à l’investissement (finance comportementale). L’investisseur peut en tirer des enseignements plus sonnants et trébuchants que vous le pensez.

Avec l’université UGent, Binck a étudié certaines théories à l’aune du comportement d’investissement de ses clients. Une des conclusions de cette étude est que l’aversion à la dépossession existe bel et bien.

Qu’est-ce que l’aversion à la disposition (dépossession) ?

L’aversion à la dépossession se rapporte à notre manière de gérer le gain et la perte. En résumé, nous pouvons avancer que les investisseurs sont plus enclins à vendre des instruments d’investissement en hausse que ces mêmes placements en perte.

On peut l’expliquer plus longuement en disant que les investisseurs vendent (trop) rapidement leurs positions bénéficiaires alors qu’ils conservent (trop) longtemps leurs positions déficitaires avec, comme résultat, un rendement d’investissement sous-optimal parce que les actions en hausse surperforment souvent longtemps alors que les actions en baisse sous-performent également longtemps.

Pourquoi n’est-ce pas bon ?

Parce que cette inclination vous fait commettre potentiellement deux erreurs. Si une action performante dans un portefeuille peut encore voir son cours grimper quelque temps, nous craignons un retournement soudain et nous vendons en masse. Fait étonnant : cette probabilité de vente est aussi élevée que le gain soit de 10 % ou de 30 %. À l’inverse, nous conservons (trop) longtemps une action en baisse parce que nous tablons (en vain) sur un redressement de son cours. Mais là, l’ampleur de la perte joue un rôle. Nous sommes donc plus affectés par la perte que nous avons subie que satisfaits du gain qui a été réalisé.

Comment l’éviter ?

D’abord et avant tout en ne suivant pas le troupeau. Ce n’est pas simple, mais cela rapporte. Pour le reste, informez-vous le plus possible. Informez-vous, par exemple, sur l’actualité géopolitique, ayez un œil sur l’analyse technique et l’analyse fondamentale ou lisez le baromètre boursier (le rapport de ce que l’investisseur Binck belge prévoit comme évolution boursière au cours des prochains mois).

Mieux vaut prévenir que guérir, certainement en Bourse. Gardez-vous de toute réaction impulsive et suivez votre propre plan le mieux possible. Des questions sur les investissements chez Binck ? N’hésitez pas à nous contacter.

Cet article ne constitue ni un conseil d’investissement ni une invitation à effectuer certains placements dans le chef de BinckBank. Avant d’effectuer un investissement, Binck contrôle si celui-ci vous convient sur la base de ce qu’il sait de vos connaissances et de votre expérience relatives au produit de placement concerné. Binck vous avertira toujours s’il s’avère que vous ne disposez pas de connaissances et d’une expérience suffisantes ou si Binck n’a pas pu les évaluer. Tout investissement comporte des risques. De manière générale, un investissement offrant une perspective de rendement élevée comporte des risques élevés. Vous trouverez des informations utiles et légalement prescrites dans le Centre Documents sur www.binck.be.

 

Augmentez vos connaissances, augmentez votre rendement

Avec la Binck Académie, apprenez à prendre des décisions capitales pour votre capital.

Inscrivez-vous à nos webinars