DIVIDENDES : IMPORTANT POUR LES INVESTISSEURS EN ACTIONS

Écrit par Stefaan Casteleyn | 5 minutes
MER. 16-01-2019

1. 40% du rendement est constitué de dividendes

Toute personne investissant en actions ambitionne bien sûr un bénéfice sur les cours afin de réaliser une plus-value lors de leur vente. Et il est bien sûr agréable de noter qu’en Belgique, cette plus-value n’est (pour l’instant) pas imposée. Toutefois, une plus-value ne constitue qu’une partie du résultat global de l’investisseur.

L’investisseur ayant investi dans notre panier national depuis le lancement de l’indice Bel20 a pu compter sur un rendement annuel de 5,4 %. Le Bel20 est un indice des cours ; à chaque fois qu’une entreprise distribue un dividende, le panier d’actions baisse de quelques points à la suite du versement de ces dividendes. Si nous devions également prendre en compte les dividendes distribués, le rendement annuel s’établirait à 8,7 %. À long terme, les dividendes représentent donc quelque 40 % du rendement total de l’investisseur en actions.

Les chiffres mentionnés constituent bien sûr une moyenne. Pour certaines actions, les dividendes pèseront donc encore plus dans le rendement total. Il est dans tous les cas essentiel d’observer attentivement le dividende actuel et escompté d’une action avant d’acheter celle-ci.


Attention au pay-out ratio

Concernant la “durée de conservation” d’un dividende, il est capital d’observer ce qu’on appelle le “pay-out ratio” (ou taux de distribution des bénéfices). C’est le pourcentage du bénéfice net qui sera distribué. Il va de soi que, lorsqu’une entreprise a un pay-out ratio de plus de 100 % (et distribue donc davantage que ses bénéfices nets), le dividende ne pourra sans doute pas être maintenu..

Tessenderlo Chemie est le parfait exemple d’une entreprise qui se trouvait par le passé dans une telle situation. Nonobstant des bénéfices décevants, le dividende restait stable (et le pay-out se situait au-delà des 100 %) afin de satisfaire les actionnaires français. Lorsque l’entreprise fut reprise par Luc Tack, l’une de ses premières décisions fut de supprimer le dividende, une entreprise devant conserver un cashflow suffisant afin de pouvoir réaliser des investissements d’avenir.


2. Dividendes VS obligations VS épargne


Dividendes

Lors de votre recherche des actions offrant un beau rendement de dividende, vous devrez viser un équilibre entre la hauteur de ce dividende et le cashflow interne dont l’entreprise aura besoin pour ses investissements futurs. Il y a heureusement en Belgique un vaste choix d’actions offrant de beaux rendements de dividende. Le rendement moyen du dividende de toutes les actions belges distribuant un dividende en 2016 est de 3,2 %. Brut, bien sûr, car un précompte mobilier de 30 % devra être prélevé. Net, il vous en restera 2,2 %.


Impact de l’Accord de l’été

Grâce à l’Accord de l’été, ce rendement sera quelque peu plus élevé à partir de 2018, car grâce à l’introduction de cette nouvelle réglementation fiscale, la première tranche de dividendes sera exonérée du Précompte Mobilier jusqu’à € 627. Bonne nouvelle donc pour le petit investisseur, car cela signifie qu’un portefeuille de dividende de € 20.000 sera exonéré d’impôts pour ce qui concerne le dividende (partant du principe d’un dividende de 3,2%). En 2019, cette exonération sera encore supérieure et atteindra jusqu’à € 800.


Obligations

Si vous préférez investir dans des obligations à 10 ans de l’État belge, ces chiffres se montent respectivement à 0,48 % brut et 0,34 % net. Un investisseur devra donc actuellement percevoir 6,5 années d’intérêts sur une obligation d’État de 10 ans pour obtenir les mêmes revenus que sur une seule année de dividendes d’actions belges.


Compte d'épargne

Si vous choisissez de conserver votre argent sur un compte d'épargne (et vous ne seriez pas le seul en Belgique, car quelque 365 milliards € dorment actuellement sur les carnets d'épargne belges), vous devrez épargner près de 20 ans - au taux minimum actuel de 0,11 % (même si quelques banques offrent encore un petit plus pour l’instant) - pour obtenir le même montant qu’une année de dividendes belges.

Sur la seule base de ces chiffres, je privilégierai donc naturellement les actions offrant un dividende.


3. Perspectives de croissance positives

Il n’y a aucune garantie de dividendes. Chaque année, c’est l’Assemblée Générale de l’entreprise qui décide de la part des bénéfices qui sera distribuée. Pour un investisseur en dividendes, le pay-out ratio individuel d’une entreprise n’est donc pas la seule chose à prendre en compte : la conjoncture économique générale est elle aussi importante. Dans les années de crise, de nombreuses entreprises décident, forcées ou non, de réduire ou même de supprimer le dividende. A l’heure actuelle, on prévoit pour 2018 une croissance économique de quelque 2% en Belgique, mais aussi dans le reste de l’Europe. Les perspectives de croissance hors Europe sont également bonnes. Il y a donc peu de raisons de craindre une baisse des dividendes.

Le versement de dividendes suit donc la conjoncture, mais également l’inflation. Les entreprises rentables peuvent répercuter des hausses de prix et veiller ainsi à ce que les dividendes puissent suivre l’inflation. A contrario du coupon d’une obligation, qui restera inchangé tout au long de la durée (10 ans dans l’exemple ci-dessus).


4. L’effet boule de neige du placement en dividendes

Les investisseurs qui investissent dans des actions produisant des dividendes ont la possibilité de verser leurs dividendes sur leur compte à vue afin de l’utiliser pour les dépenses quotidiennes. Cependant, ils peuvent aussi choisir de réinvestir les dividendes perçus dans des actions produisant des dividendes. Avec à la clé un effet boule, les bénéfices obtenus étant utilisés pour réaliser de nouveaux bénéfices (supérieurs) dans le futur. Une fois l’effet boule de neige en marche, le capital peut croître très rapidement.


Ce qu’il vous faut absolument retenir

Les raisons d’investir dans des actions produisant un dividende sont nombreuses. Il est toutefois capital d’appliquer ici les trois principes de base de tout bon investisseur : diversification, diversification et diversification. Même si une entreprise a une bonne rentabilité, avec un faible taux de distribution des bénéfices et une conjoncture économique favorable, un problème peut toujours survenir provoquant une baisse ou même la suppression du dividende. Si vous possédez un portefeuille bien diversifié, vous pourrez compenser cette déconvenue éventuelle. Une diversification de base reposera de préférence sur plusieurs secteurs. Lorsqu’éclata la crise financière en 2008/2009, ce sont surtout les valeurs financières qui réduisirent leur dividende. Dans bien d’autres secteurs, celui-ci ne fut même pas modifié.


Un placement en dividendes ? Un avantage à la clé

En pratique, les perspectives pour les investisseurs en dividendes sont donc actuellement favorables. Le rendement des dividendes est (très) intéressant si on le compare à celui des obligations ou des comptes d'épargne, la rentabilité des entreprises évolue elle aussi favorablement, de sorte qu’elles pourront verser en dividende la partie des bénéfices dont elles n’ont pas besoin pour leurs investissements futurs. Et grâce à la conjoncture positive, les bénéfices - et donc les dividendes - connaîtront une progression modérée au cours des années à venir. Tout profit pour l’investisseur présentant une bonne diversification !



Les informations relatives aux investisseurs sur cette page proviennent de tiers, à savoir Stefaan Casteleyn de ProBeleggen. Les contributions de Stefaan Casteleyn sont rédigées à titre personnel et ne constituent pas un conseil individuel d'investissement de la part de Binck. Les résultats obtenus dans le passé ne garantissent pas l'avenir. Binck ne peut accepter aucune responsabilité pour cette information de l'investisseur. Les informations fournies sont générales et ne tiennent pas compte de votre situation financière, de votre appétence au risque et de vos objectifs d'investissement. Avant de procéder à un investissement, Binck vérifiera si elle vous convient en fonction des informations obtenues sur vos connaissances et votre expérience du produit d'investissement en question. Binck vous avertira toujours s'il apparaît que vous n'avez pas assez de connaissances et d'expérience ou que Binck n'a pas pu tester cela. Les caractéristiques et les risques des différents produits d'investissement peuvent être consultés sur https://www.binck.be/fr/negocier/produits. L'investissement comporte toujours des risques et la valeur de votre placement peut fluctuer. Binck n'a aucun intérêt dans ProBeleggen et n'a aucune influence sur la politique d'investissement des Pros de ProBeleggen. Stefaan Casteleyn ne reçoit aucune rémunération de Binck pour cette contribution

Auteur

Stefaan Casteleyn

Ces articles pourraient vous intéresser…