La licorne Uber fait son entrée en Bourse

L’entreprise technologique apparait sur les listes de cotation de Wall Street ce 10 mai

Écrit par Fadwa Lahssini | 6 minutes
JEU. 09-05-2019

Dans notre pays, la société propose de manière encore limitée ses services de taxi, de vélos partagés et de livraisons de repas. Forte d’une valorisation estimée à pas moins de 91 milliards de dollars, Uber est très probablement la plus importante introduction en Bourse de l’année, et compte d’ores et déjà parmi les opérations qui auront fait couler le plus d’encre de toute l’histoire de Wall Street. L’IPO propulse en effet cette startup à une valeur proche des 100 milliards de dollars, et lui confère du même coup le statut de licorne (nom attribué à une start-up valant au moins 1 milliard), qui affiche pourtant une perte annuelle de plus de 3 milliards de dollars.

Ci-dessous, vous trouverez un complément d’informations sur l’entreprise et l’introduction en Bourse du 10 mai telle que programmée par le s-1 document (publié par Uber et déposé chez le SEC) et d’autres médias.

Du taxi partagé à un phénomène logistique mondial

Fondée en mars 2009 à San Francisco, Uber n’a réellement pris son envol qu’à la suite d’un tweet publié par son fondateur et CEO Travis Kalanick, où il annonçait être à la recherche de chauffeurs pour son service de taxis. En y donnant réponse, Ryan Graves est devenu le premier chauffeur d’Uber.

Près de dix ans plus tard, ces chauffeurs sont au nombre de 4 millions environ. Graves a lui-même rapidement remisé son taxi pour se frayer un chemin au sein de la direction de l’entreprise. Il détiendrait pour deux milliards de dollars d’actions du groupe.

Uber a conquis non seulement les Etats-Unis, mais aussi le reste du monde dans un crissement de pneus. Ce parcours exceptionnel n’a pas suivi une ligne droite, cependant. Les autorités, mais surtout le secteur traditionnel du transport en taxi ont perçu d’un mauvais œil l’arrivée de cette entreprise qui, dans sa conquête du monde, a régulièrement déjoué les lois et règlementations locales.

Mais Uber ne s’est pas laissé faire : il a passé la vitesse supérieure. Dix ans après sa création, donc, le groupe a dépassé depuis longtemps le cap des 10 milliards de courses et déployé une série de nouveaux autres services, tels qu’UberBike, UberEats et UberBlack..

uberafbeelding

Source: L'Echo (08-05-2019)

Une arme redoutable : L’app

Le succès retentissant rencontré par Uber – et après lui, par des entreprises fondées sur le même principe – repose exclusivement sur l’usage intelligent de l’Internet et de la téléphonie mobile.

L’app populaire d’Uber permet aux utilisateurs de localiser en un tournemain l’Uber disponible le plus proche. Un taxi que vous ne devez attendre que quelque minutes, et qui vous emmène partout, à n’importe quel moment, et à bon compte.

La grande différence avec les services de transport traditionnels réside dans le fait que les chauffeurs Uber sont des indépendants utilisant leur propre véhicule, ce qui explique également la croissance exponentielle des courses en taxi proposées ces dernières années.

Selon son directeur Dara Khosrowshahi, l’entreprise n’a pas fini de grandir. « Uber représente actuellement moins de 1% de tous les kilomètres parcourus en voiture au niveau mondial. Et seule une faible portion de la population des pays où nous sommes actifs a déjà fait appel à nous. Nous avons encore une marge de manœuvre considérable, autrement dit. », écrit-il aux actionnaires.

Une croissance énorme, des pertes colossales

Les documents officiels livrés par Uber témoignent de cette croissance hors du commun. Hélas, ses résultats n’ont pas évolué dans la même mesure : le groupe accuse encore des pertes très lourdes. Même avec un chiffre d’affaires de 11,3 milliards de dollars l’an dernier, la perte opérationnelle totalise encore 3 milliards sur l’exercice écoulé.

uberafbeelding

Source : Alphastreet (30-04-2019)

Les graphiques ci-dessus illustrent la tendance haussière des derniers trimestres. Les prévisions d’évolution de chiffre d’affaires ou de timing de rentabilité n’ont pas été considérées dans l’analyse.

Ceci dit, la croissance réalisée par Uber s’est heurtée à plusieurs écueils. L’entreprise a été éclaboussée par de retentissants scandales. Plusieurs fois, elle a été pointée du doigt pour sa culture d’entreprise misogyne et la guerre impitoyable qu’elle mène à ses concurrents. Le groupe a même été accusé d’espionnage industriel.

Chiffres 2018 Uber Lyft
 CA  $ 11,3 milliards  $ 2,2 milliards
 Utilisateurs fréquents  $ 91 millions  $ 31 millions
 Chauffeurs   $ 3,9 millions  $ 1,9 millions
 Courses   $ 5,2 millards  $ 619 millions

Source: Fortune (30-04-2019)

Parmi ses concurrents, épinglons Curb, Grab, Lyft et Ola. Même si de leur côté, les taxis traditionnels, les transports publics et les géants de la location automobile comme Hertz et Avis ne s’avouent pas vaincus. Tous tentent de trouver une réponse aux évolutions récentes du marché.

100 milliards de dollars

Uber a annoncé que le moment était venu de faire son entrée en Bourse. D’une part parce que le groupe rapporte désormais lui aussi ses résultats et est donc considéré par le monde financier comme une entreprise cotée. Et d’autre part parce que la cotation en Bourse lui permettra de lever des capitaux qui financeront sa croissance ultérieure.

Depuis l’annonce de l’IPO, les estimations les plus vertigineuses circulent quant à la capitalisation potentielle de l’entreprise. Des montants allant jusque 120 milliards de dollars ont été avancés.

Certes, Uber ne défiera pas les géants de marché Amazon et Apple, qui atteignent déjà le billion de dollars. Mais cette introduction en Bourse lui octroie d’emblée le statut de plus grande licorne cotée, présentant une capitalisation boursière notamment supérieure à celle du constructeur automobile Volkswagen.

Avec pas moins de 10 milliards de dollars de nouveaux titres émis à l’IPO, cette opération sera la plus importante de l’histoire de la Bourse américaine. Et lui vaudra indubitablement une place dans le Top10 historique. Tout en haut de cette liste figure Alibaba, qui a levé pas moins de 25 milliards de dollars lors de son entrée en Bourse en septembre 2014.

À qui profite L’IPO ?

L’introduction en Bourse ne profitera pas seulement aux fondateurs – dont l’ancien CEO Travis Kalanick, qui détient une participation de 8,6% –, qui deviendront milliardaires du jour au lendemain, mais aussi aux investisseurs de la première heure.

Parmi eux, citons le groupe japonais Softbank. Il y a plus d’un an, celui-ci a investi près de 8 milliards de dollars pour acquérir 15% d’Uber. Depuis lors, cette participation a vu sa valeur doubler. Le prince saoudien Mohammed possède lui aussi plus de 5% des titres.

Parmi les actionnaires historiques du groupe figurent le CEO d’Amazon et l’homme le plus riche du monde Jeff Bezos, la chanteuse Britney Spears, l’acteur Ashton Kutcher, et Jay-Z, rappeur et époux de Beyoncé. L’ancien coureur cycliste américaine Lance Armstrong aura lui aussi sa part du gâteau : il y a dix ans, il y avait investi pas moins de 100.000 dollars.

Quel avenir pour Uber ?

Uber voit les choses en grand : le groupe collabore notamment avec la NASA sur un moyen de transport volant. Ce type de transport offrirait en effet une solution aux embouteillages, un problème qui touche l’ensemble de la planète. Du moins, selon les deux partenaires. Reste à savoir quand les taxis volants seront opérationnels. Leur objectif est en tout cas qu’à terme, ceux-ci volent de manière autonome. Le projet est ambitieux : il n’existe pas encore de cadre légal pour les taxis volants, et le problème de la sécurité et du trafic doit encore être solutionné.

Les voitures autonomes sont un autre projet d’Uber. Les premiers tests ont déjà été effectués mais plusieurs accidents, parfois mortels, ont contraint le groupe à mettre le projet au frigo pendant un certain temps. Le programme de tests a repris entre-temps à plus petite échelle. Les voitures test d’Uber sont équipées de 20 caméras, un GPS et une technologie laser permettant d’explorer l’environnement

Souscrire ?

L’introduction en Bourse d’Uber le 10 mai passionne les marchés. Pour votre part, êtes-vous disposé à investir dans une entreprise qui réalise certes une croissance considérable, mais accuse aussi de très lourdes pertes ?

Avant de répondre à cette question, il conviendra de vous informer. Nous vous conseillons de consulter le prospectus en complément de cet article.

Les actions Uber sont disponibles dès le 10 mai à 14h30. Et tout comme les services que l’entreprise propose, elles peuvent s’acheter en un clic, sur notre app et notre plateforme.

Vous envisagez d’investir dans Uber mais n’avez pas encore de compte-titres ? Ouvrez-le simplement et rapidement à partir de notre site Web.

 

INFORMATION IMPORTANTE
Cet article n’est ni un conseil d’investissement personnel, ni une recommandation individuelle d’exécuter certains investissements de la part de BinckBank. Binckbank n’a aucun intérêt dans le contenu de ces informations. BinckBank n’accepte aucune responsabilité liée à la justesse, à l’exhaustivité et à l’actualité des informations proposées. Tout investissement comporte des risques. Généralement, un investissement assorti d’un rendement attendu plus élevé est aussi plus risqué. Vous trouverez un complément d’informations sur les risques spécifiques des produits sur les pages consacrées à ces produits.

Auteur

Fadwa Lahssini

En tant que stratège de contenu, Fadwa Lahssini est passionnée par tout ce qui attrait à l’investisseur. Afin de soulever les bonnes questions et également d’y répondre, elle suit de près l'actualité boursière et écrit régulièrement sur les événements intéressants du monde financier.

Ces articles pourraient vous intéresser