BIENVENUE CHEZ BINCK

Introduction débutants

Obligations

En souscrivant à une obligation, vous prêtez de l’argent à une entreprise ou un pays donné. En échange, vous recevez des intérêts, également appelés coupons. Le montant prêté est remboursé à l’échéance, du moins si le pays ou l’entreprise en question n’a pas fait faillite, naturellement. En émettant une obligation, ce pays ou cette entreprise peuvent par exemple attirer les capitaux nécessaires pour procéder à des investissements. Les obligations ne procurent aucun droit de vote et ne confèrent aucun droit de propriété sur l’émetteur.

L’obligation présente quatre caractéristiques importantes :

  • Valeur nominale : la valeur nominale d’une obligation est la valeur à laquelle elle a été émise et, normalement, sera remboursée.
  • Coupon : le coupon est le taux d’intérêt qui sera versé jusqu’à l’échéance de l’obligation. La date à laquelle le coupon est versé est fixe : c’est la date du coupon. De nombreux cas, le taux d’intérêt est également fixe. Certaines obligations d’entreprises sont cependant assorties d’un taux variable selon la rentabilité de l’entreprise en question.
  • Échéance : souvent, l’obligation est assortie d’une échéance donnée qui est notée sur l’obligation. C’est la date à laquelle la valeur nominale de l’obligation sera remboursée.
  • Cours : les obligations sont librement négociables sur le marché et sont donc sujettes à des fluctuations de cours, souvent selon le niveau des taux général. Le cours d’une obligation est exprimé en un pourcentage de la valeur nominale. Si le cours de l’obligation est égal à sa valeur nominale, il est donc de 100%. On dit alors de l’obligation qu’elle se négocie « au pair ». Si le cours d’une obligation est supérieur à la valeur nominale, on parle d’obligation cotée au-dessus du pair ; s’il est inférieur à la valeur nominale, l’obligation se traite sous le pair.

 

La cotation d’une obligation peut s’exprimer comme suit : « 3.5% Belgique 2016-26 ». Cours : 111,5%. Dans ce cas, 2016 est l’année d’émission et 2026, l’année du remboursement. 111,5% est le cours de l’obligation (toujours exprimé en pour cent). L’émetteur est l’État belge, il s’agit donc d’une obligation publique.

Risque de débiteur

L’émetteur doit pouvoir payer le coupon chaque année et rembourser la valeur nominale de l’obligation à l’échéance. Le risque qu’il ne soit pas en mesure de verser ces montants – à la suite d’une faillite ou pour une autre raison – est appelé risque de débiteur. Pour évaluer ce risque, vous pouvez notamment consulter la note donnée par des agences de crédit comme Moody’s of Standard & Poor’s.

Risque de taux

Le cours d’une obligation dépend beaucoup de la hauteur des taux. On considère généralement qu’une augmentation des taux sur le marché des capitaux entraîne une baisse des cours des obligations et inversement.

En général, les obligations assorties d’une échéance plus longue sont plus sensibles aux fluctuations des taux que les obligations à court terme. Si le taux augmente, votre coupon sera moins avantageux. Et ce sera plus grave si votre obligation arrive à échéance dans vingt ans que si elle est remboursée dans deux mois. Le cours de l’obligation à vingt ans va donc baisser davantage que celui de l’obligation à deux mois.

Pour une présentation détaillée des caractéristiques, des risques, des frais et de la fiscalité des obligations, nous vous renvoyons volontiers à la brochure d’informations « Instruments de dettes »’.


Les informations sur les investissements constituent des informations d’ordre général et non des conseils. Malgré le soin apporté par BinckBank à la rédaction et l’entretien de ces pages et l’utilisation de sources réputées fiables, BinckBank ne peut être tenue pour responsable de l’exactitude, l’exhaustivité et du caractère actuel des informations fournies. Si vous utilisez les informations fournies sans vérification ni conseil préalable, vous le faites à vos propres risques et pour votre propre compte. Nous vous recommandons d’évaluer toute transaction envisagée à l’aune des résultats des tests de connaissances et d’expérience, et de ne pas investir dans des instruments financiers dont vous ne comprenez pas les risques. Tous droits réservés.